Le syndrome Gougerot Sjögren, peu connu et mal diagnostiqué

Dernière mise à jour : mars 23


Le syndrome de Gougerot-Sjögren est une maladie auto-immune qui touche l'ensemble des glandes exocrines (sécrétant des fluides au niveau de la peau ou des muqueuses). Il se manifeste par un syndrome sec, touchant plus particulièrement les glandes salivaires et les glandes lacrymales, mais d'autres glandes aussi. Il est associé à des manifestations systémiques auto-immunes, c'est à dire qu'il peut toucher d'autres organes. Celles-ci sont liées à l'infiltration de certaines glandes par des lymphocytes provoquant la diminution de leurs sécrétions décrit comme "syndrome sec".

Les glandes lacrymales et salivaires sont plus plus impactées.
Le SGS souvent appelé "syndrome sec".

On peut observer aussi une diminution de la sueur, du sébum mais aussi une infiltration et une inflammation au niveau d'autres organes comme les poumons, les reins, les articulations ou les petits vaisseaux.


https://public.larhumatologie.fr/glandes-exocrines


Le syndrome de Gougerot-Sjögren est dit primaire (ou primitif) lorsqu'il n'est pas associé à une autre maladie auto-immune, c’est le cas 1 fois sur 2.

Il est dit secondaire (ou associé ) lorsqu'il est associé à une autre maladie auto-immune (polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux, sclérodermie, dermato ou poly-myosite, thyroïdite auto-immune, cirrhose biliaire primitive...).


Le SGS primitif touche de 1 à 5 personnes / 10 000 (donnée Orphanet), soit 0,01 à 0.05 %. C’est donc une maladie rare. Les femmes représentent 90% des cas.


Cause

La cause du syndrome de Gougerot-Sjögren n'est pas encore connue. La maladie résulte d’une réaction auto-immune ce qui signifie que le système immunitaire du corps dysfonctionne et attaque ses propres tissus. Selon les chercheurs, il est probable que l’apparition de ce syndrome nécessite à la fois une prédisposition génétique et l’arrivée de facteurs déclencheurs (infection virale, changements hormonaux, stress, etc.).


Les symptômes

Dans 2/3 des cas les manifestations liées à l'atteinte des glandes exocrines s'associent à l'atteinte d'autres organes (c'est ce qu'on appelle une maladie systémique).

Sécheresse oculaire et buccale sont habituellement les premiers symptômes.

Au niveau des yeux, la sècheresse peut causer une sensation de brûlure ou de démangeaison. Les paupières collent souvent l’une à l’autre le matin, et les yeux sont plus sensibles à la lumière.

La bouche sèche rend l'élocution, la mastication et la déglutition plus difficiles.

On peut aussi observer une toux sèche persistante, des douleurs articulaires, musculaires, une fatigue chronique.


Le syndrome sec peut se compliquer au niveau oculaire par des blépharites ou de kératites et au niveau buccal par une atteinte des gencives, des caries, une mobilité dentaire, des aphtes, des surinfections buccales en particulier par des mycoses. On peut observer une hypertrophie des glandes parotidiennes, transitoire ou non.


Les manifestations extra glandulaires concernent les articulations (un cas sur 2), le syndrome de Raynaud (doigts devenant blancs en réaction au froid ). D'autres atteintes sont plus graves mais plus rares, au niveau pulmonaire, rénal, cutané ou des nerfs périphériques.

L'asthénie est très fréquente, et s'accompagne de douleurs diffuses.


Diagnostic

Le diagnostic repose sur la réunion d'un certain nombre de ces signes cliniques et biologiques. Il est compliqué car les symptômes ne sont pas spécifiques. Son début est souvent très insidieux, mono-symptomatique, si bien que l'errance diagnostique est fréquente. En plus des tests salivaires et lacrymaux (test de Schirmer), des examens sont nécessaires comme la recherche d'auto-anticorps anti-SS-A, anti-SS-B, éventuellement une biopsie des glandes salivaires pour la mise en évidence de nodules lymphocytaires.


Evolution de la maladie

Il s'agit d'une maladie chronique d'évolution lente, sans impact sur la durée de vie. Par contre la fatigue, les douleurs et le syndrome sec sont difficiles à supporter. Les personnes atteintes de Gougerot-Sjögren doivent être surveillées régulièrement par leur médecin ainsi que par un ophtalmologiste et un dentiste, voire d'autres spécialistes en fonction des organes atteints.


Un accompagnement naturopathique d’une personne atteinte du SGS primaire peut-il permettre une amélioration de son état de santé ?


Il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement curatif. Cependant la naturopathie peut aider à soulager les symptômes par des méthodes naturelles.

Personnellement touchée par le SGS primaire, j'accompagne les personnes atteintes pour mieux vivre au quotidien grâce à des conseils personnalisés sur les plans physiques, psychiques et émotionnels.


Prenez bien soin de vous.


Sources : https://afgs-syndromes-secs.org/; https://www.passeportsante.net/




148 vues0 commentaire